La crise du gouvernement Trump s’aggrave en parallèle de la marche vers la guerre contre la Corée du Nord

Les divisions à peine dissimulées au sein du gouvernement Trump sur la politique étrangère ont encore été affichées mercredi. Le secrétaire d’État Rex Tillerson a été obligé de répondre à une information d’une source sûre de NBC qu’il a appelé Trump « un abruti » lors d’une réunion au Pentagone de hauts responsables de Trump en juillet et était sur le point de démissionner.

Dans des commentaires prudents aux médias, Tillerson a nié qu’il envisageait sa démission et a rejeté la suggestion que le vice-président Mike Pence et d’autres responsables l’ont persuadé de ne pas le faire. Il a balayé, mais n’a pas nié, le fait d’avoir traité Trump d’abruti lors de la réunion du Pentagone, et a poursuivi en louant le président et sa politique étrangère.

Nonobstant les efforts concertés de Tillerson, Trump et divers porte-parole du gouvernement de minimiser toute fracture, le secrétaire d’État a été en désaccord public avec le président, le plus sévèrement au sujet de la poussée intensifiée vers la guerre contre la Corée du Nord.

Dans une réprimande extraordinaire à Tillerson le week-end dernier, Trump a déclaré que le secrétaire d’État « perdait son temps » en disant aux journalistes qu’il étudiait la possibilité de pourparlers avec la Corée du Nord pour désamorcer le dangereux affrontement sur la péninsule coréenne. La répudiation pure et simple par Trump des négociations avec Pyongyang n’était pas seulement une claque dans la figure de Tillerson, mais aussi dans celle des dirigeants chinois, avec lesquels Tillerson venait de s’en entretenir.

Powered by WPeMatico

Similar posts