1917-2017. (I) Face à la grande boucherie

« Les faits sont têtus », disait Lénine, et la guerre est à l’impérialisme ce que le bubon est à la peste bubonique. La Première Guerre mondiale, cette grande boucherie, fut le chaudron dans lequel les apprentis-sorciers du capitalisme ont cuisiné les tragédies du XXème siècle. Comme les guerres contemporaines provoquées par la cupidité de l’oligarchie mondialisée, le carnage de 14-18 résulta d’une concurrence féroce entre les puissances industrielles, avides de nouveaux marchés.

Dans un monde clos, rétréci par l’achèvement des conquêtes coloniales, cette rivalité précipita les puissances européennes dans une orgie de violence.

Powered by WPeMatico

Similar posts