Macron confronté à l’hostilité des habitants de Saint-Martin dévastée

Lorsque le président français Emmanuel Macron eut terminé mercredi son voyage à l’île de Saint Martin, détruite à 95 pour cent par le passage de l’ouragan Irma la semaine dernière, ses habitants y luttaient toujours pour leur survie. Les distributions d’eau et de nourriture restent totalement chaotiques et inadéquates, le risque d’épidémie s’accroît; des milliers de personnes, beaucoup fragilisées, sont sans abri, sans vivres et sans soins.

Officiellement, le cyclone a fait onze morts – presque le tiers de ceux dus à Irma dans les Caraïbes – sept disparus et de nombreux blessés pour lesquels le gouvernement n’a pas voulu jusque-là donner de chiffre. Une première estimation chiffre les dégâts à 1,2 milliard d’euros.

Macron a décidé de se rendre dans l’île sinistrée devant la montée de critiques dans la classe politique d’une part, pointant une « défaillance de l’État », et d’autre part dans la population, visant elle l’impréparation et l’indifférence du gouvernement envers les habitants alors qu’il était clair que l’ouragan le plus puissant de l’histoire de la région allait frapper l’île.

Une réunion de crise avait été convoquée à l’Elysée samedi 9 septembre alors que l’ampleur du désastre était visible depuis deux jours, juste après que la présidente du Front national néofasciste eut critiqué des « moyens de maintien de l’ordre tout à fait insuffisants ». Macron avait ensuite annoncé sur Twitter un « doublement des effectifs militaires et de police ».

Une fois dans l’île, Macron s’est vu confronté à l’hostilité d’habitants laissés pendant des jours se débrouiller seuls sans eau, sans nourriture et sans soins, l’approvisionnement en eau potable et en électricité s’étant effondrés. Aucune mesure d’évacuation n’avait été organisée préalablement et celle organisée après le cyclone a été très sélective, alors que de simples Guadeloupéens venaient secourir des habitants avec leurs voiliers. Les forces envoyées dans l’île auraient surtout protégé les cargaisons d’aide qui n’auraient pas été distribuées.

Powered by WPeMatico

Similar posts