Trump arrête la « révolution » syrienne de la CIA

La nouvelle publiée pour la première fois par le Washington Post le 19 juillet – que l’Administration Trump arrête une opération vieille de cinq ans et formellement secrète de la CIA pour former, armer et même payer les salaires des milices islamistes en Syrie – a encore alimenté la guerre politique féroce à Washington sur les allégations de « collusion » entre Trump et Moscou.

Le sénateur John McCain, président républicain du Comité des services armés du Sénat, a publié une déclaration depuis l’Arizona, où il se rétablit d’une chirurgie liée au cancer du cerveau, selon laquelle « toute concession à la Russie, en l’absence d’une stratégie plus large pour la Syrie, est irresponsable et peu clairvoyante ».

Une dénonciation plus hystérique est venue du chroniqueur du Washington Post et ancien rédacteur de discours de George W. Bush, Michael Gerson, qui a accusé Trump d’effectuer une « reddition complète aux intérêts russes en Syrie » et d’agir « précisément comme s’il avait été acheté et vendu par un rival stratégique » avec sa « coupure ignoble de l’aide aux intermédiaires des États-Unis ».

Les allégations selon lesquelles fermer le robinet des armes et de l’argent aux prétendus « rebelles » en Syrie représenterait une sorte de capitulation stratégique face à la Russie, sont ridicules. La décision, prise par Trump avec son conseiller national en matière de sécurité, le général H.R. McMaster et le directeur de la CIA, Mike Pompeo, avant le sommet du G20 à Hambourg, était acquise d’avance.

Ce que l’on appelait « l’armée syrienne libre » a cessé de jouer un rôle majeur en Syrie. Les forces gouvernementales syriennes, soutenues par des milices alignées sur l’Iran et, depuis le mois de septembre 2015, les forces aériennes russes, ont fait fuire les « rebelles » de tous les grands centres urbains vers les zones rurales de la province d’Idlib, où ils ont été engagés dans une guerre intestine les uns contre les autres.

La reprise de l’est d’Alep par le gouvernement en décembre 2016 a exprimé la débâcle finale de la stratégie américaine consistant à mener une guerre pour le changement de régime en utilisant les milices islamistes sunnites soutenues par la CIA comme mandataires de Washington.

Cette stratégie criminelle a été initiée à la suite de la guerre des États-Unis en 2011 pour un changement de régime qui a renversé le gouvernement de la Libye et a fini par le meurtre par une foule de lyncheurs de son chef Mouammar Kadhafi. Des combattants islamistes et d’énormes quantités d’armes ont été canalisés de Benghazi, ville portuaire de la Libye orientale, vers la Syrie.

Powered by WPeMatico

Similar posts