Le Moyen-Orient au bord d’une guerre plus large

L’ultimatum de 10 jours lancé au Qatar la semaine dernière par l’Arabie Saoudite et ses alliés – l’Égypte, les Émirats Arabes Unis et le Bahreïn – représente une escalade considérable de leur confrontation avec le petit État du Golfe Persique, suscitant la perspective d’un conflit militaire. La monarchie saoudienne a émis des demandes qui sont conçues pour être rejetées, afin de créer le prétexte pour d’autres mesures punitives au-delà du blocus diplomatique, de voyages et d’échanges imposé au début du mois.

Non seulement le Qatar doit réprimer des groupes qualifiés de terroristes et criminels, et fermer sa chaîne d’informations Al Jazeera, mais aussi réduire considérablement les relations avec l’Iran, expulser les forces militaires turques, se soumettre à la ligne diplomatique, militaire et économique dictée par Riyad, et payer des réparations non précisées pour les prétendus dommages causés par sa politique. Tout cela doit être surveillé au moyen d’audits intrusifs durant les 10 prochaines années.

Powered by WPeMatico

Similar posts