unnamed

Purge médiatique : l’éviction de Natacha Polony

Comment: Il est évident que les rares journalistes mainstream qui font encore preuve d’un minimum d’indépendance et d’impertinence ne vont pas garder longtemps leur emploi et vont rapidement passer sous le rouleau compresseur du macronisme en marche, dont les « journalistes » tels que Patrick Cohen, toujours du côté du pouvoir, se font les relais.

Après l’arrêt de Polonium, sur Paris Première, je n’ai pas misé cher sur la peau de Polony à Europe 1. L’éviction de Thomas Sotto, dont elle s’était payé le luxe de dire du bien alors même qu’on lui avait collé au dos l’écriteau des bannis, était le prélude. La voici elle-même éjectée de la revue de presse qu’elle faisait trop bien, avec trop d’humour et trop d’audience pour que le nouveau maître de la tranche horaire, Patrick Cohen, n’en prenne pas ombrage avant même toute cohabitation.

Cela faisait une semaine qu’elle en parlait. Elle avait demandé que l’on restât discret, en attendant l’ultime round de négociations. Mais Arnaud Lagardère, que l’on sait si compétent dans la gestion de l’empire de papa, a joué au chef.

Powered by WPeMatico