unnamed

Pour la première fois depuis 2014, l’armée syrienne atteint la frontière irakienne

Si l’information est confirmée, c’est un séisme. Les forces loyalistes auraient doublé les rebelles pro-US et atteint la frontière irakienne, coupant l’herbe sous le pied aux plans américano-israélo-saoudiens visant à rompre l’arc chiite.

Plusieurs sources corroborent la nouvelle (ici ou ici) et le ministère russe de la Défense semble l’accréditer. Un site pro-rebelle va dans le même sens, quoique de mauvaise grâce :
Si elle est confirmée, cette offensive éclair est un coup de poignard pour Riyad et Tel Aviv et pèsera d’un grand poids dans les recompositions d’après-guerre.

Dans le dernier billet, nous nous interrogions :

Plus généralement, on peut se demander ce qu’attend l’armée syrienne pour lancer la grande offensive vers Deir ez Zoor, dans les tuyaux depuis des semaines. C’est le grand jalon de la course vers l’est et le contrôle de la frontière irakienne. Or l’avance y est pour l’instant lente, les loyalistes semblant se concentrer partout ailleurs (…)

Au sud, dans la région d’Al Tanaf justement, l’armée syrienne reprend aux rebelles pro-US des territoires qui paraissent secondaires. Certes, on comprend la logique qui prévaut : Al Tanaf est le dernier point proche de la frontière jordanienne où passent les hommes de paille américains. Ensuite, c’est la frontière avec l’Irak contrôlée de l’autre côté par les Unités de Mobilisation Populaire (UMP) chiites irakiennes. Que Damas parvienne à sceller la frontière syro-jordanienne jusqu’à Al Tanaf et les rebelles, n’ayant plus de base arrière ni de ravitaillement, disparaîtront comme neige au soleil.
M’enfin, l’urgence semble tout de même être Deir ez Zoor où l’armée syrienne vient encore de résister difficilement à une puissante attaque de Daech durant une semaine

Powered by WPeMatico