Chine et Russie, tueuses du dollar

Commentaire: La dédollarisation a de quoi faire paniquer les Etats-Unis. C’est un motif à lui seul tout à fait suffisant pour justifier les politiques d’agression et de déstabilisation de Washington, au Moyen-Orient, en Asie, en Amérique du Sud, depuis des années. Globalement, donc :

Dédollarisation : l’Iran et le Pakistan délaissent le dollar en faveur de l’euro
Dédollarisation : le Brésil renonce au dollar pour aider l’Iran à se défaire de sa dépendance aux Etats-Unis
Poutine introduit un projet de loi permettant d’éliminer le dollar des échanges commerciaux
Accord anti-dollar russo-indien

En janvier, il a été révélé que, pour la première fois, la Russie avait dépassé l’Arabie saoudite en 2016, pour devenir le plus grand fournisseur de pétrole brut à la Chine. « La Russie est maintenant le premier fournisseur de pétrole brut pour la Chine, un statut qu’elle est très susceptible de conserver pour les années à venir, après avoir bénéficié d’une augmentation spectaculaire de 24 pour cent en 2016. Presque toutes les routes d’approvisionnement vers la Chine ont connu une croissance en 2016. »

Certains rapports médiatiques attribuent l’ascendance de la Russie sur le marché de pétrole brut de la Chine à une demande accrue des raffineries chinoises indépendantes, les « teapot », mais cette explication ignore commodément l’éléphant dans la salle : Pékin tourne le dos au dollar et, contrairement aux Saoudiens, la Russie est plus que satisfaite de faire des affaires en yuans.

Powered by WPeMatico

Similar posts