unnamed

Thierry Meyssan : Trump avance ses pions

Thierry Meyssan observe les actions du président Trump pour convaincre ses alliés et ses partenaires de laisser tomber les jihadistes qu’ils soutiennent, arment et encadrent. Contrairement à ce que présente la presse internationale et ses adversaires politiques, la Maison-Blanche poursuit sans relâche depuis quatre mois une politique anti-impérialiste qui commence à porter ses premiers fruits : le processus de cessation du soutien saoudien aux Frères musulmans, la fin de la coordination des jihadistes par l’Otan, et le processus de cessation du financement occidental des Frères musulmans.

De la 3ème conférence des Amis de la Syrie, le 6 juillet 2012 à Paris, à l’investiture du président Trump, le 21 janvier 2017 à Washington, les États-Unis, la France et le Royaume-Uni n’ont cessé à la fois d’organiser la guerre contre la Syrie et de feindre d’en négocier une sortie politique.

Donald Trump s’est présenté, durant les 16 dernières années et particulièrement durant sa campagne électorale présidentielle, comme un militant anti-impérialiste. Contrairement à ce que prétendent ses détracteurs, le fait qu’il soit milliardaire n’entache en rien ses convictions politiques.

Depuis son arrivée à la Maison-Blanche [1], le président Trump se bat d’abord contre sa propre administration, dont 98 % des hauts fonctionnaires ont voté Hillary Clinton, et subsidiairement contre les gouvernements alliés de son prédécesseur.

Aussi, durant les quatre derniers mois, a-t-il poursuivi sa volonté de libérer son pays et le monde en menant une série d’actions que ses adversaires déforment ou présentent comme contradictoires.

Powered by WPeMatico