SOTT FOCUS: Les muzz’ arrivent ! Adopte un réfugié !

Après des débuts modestes, la guerre lancée contre le fondamentalisme musulman sur le prétexte : « Ils nous détestent à cause de nos libertés et, par conséquent, nous devons les combattre là-bas pour ne pas avoir à les combattre ici », a pris un nouveau tournant : les Occidentaux sont aujourd’hui face à une menace existentielle, et se retrouvent contraints de choisir un « camp », sous peine d’être condamnés à brûler dans les feux de l’Enfer, celui réservé aux individus qui persistent à rester neutres en temps de crise. Les options entre lesquelles on nous somme de choisir sont on ne peut plus claires : grosso modo, vous pouvez choisir d’être soit de « gauche », soit de « droite » – c’est-à-dire, soit un libtard [un libéral attardé – NdT], soit un facho, si vous préférez.

Les « droitistes » argueront (implicitement ou explicitement) que :

a) l’islam en tant que religion et que code socio-juridique est totalement incompatible avec les valeurs occidentales (sauf pour ce qui concerne la misogynie et l’homophobie). Ou, pour citer le légalislateur de l’Oklahoma, John Bennett : « L’islam n’est même pas une religion ; c’est un sytème socio-politique qui se sert d’une divinité comme prétexte pour faire avancer ses plans d’hégémonie mondiale. »

b) l’immigration en provenance de pays majoritairement musulmans est donc une mauvaise chose pour l’Europe.

c) La race et la culture blanches sont menacées par l’afflux massif de « populations basanées » provenant de pays majoritairement musulmans (sans parler des djihadistes apparemment infiltrés parmi ces populations). Il faut empêcher l’arrivée de ces migrants et défendre activement la race et la culture blanches, sans quoi elles succomberont sous les assauts du marxisme djihadiste multiculturel que l’on veut nous imposer.

Powered by WPeMatico

L’Ukraine choisit la voie de la dictature et de la guerre, alors que les autorités perdent totalement le contrôle du pays et la raison

L’Ukraine s’effondre, inexorablement, et plus rien ni personne n’est en mesure d’arrêter ce train fou qui fonce vers le gouffre. Et si certains pensent que la situation est déjà suffisamment grave et qu’il ne faut pas faire de catastrophisme, Dmitry Orlov dans son dernier article traduit par le Saker francophone donne tout de suite le ton : ça va encore empirer.

« Nous avons une nation en faillite et effondrée, en guerre avec elle-même. Elle est gérée par des voleurs, qui interfèrent avec le fonctionnement de son réseau électrique en jouant avec des fournisseurs clés, afin de satisfaire les fanatiques « nationalistes », tout en se gavant simultanément sur la bête. Vous auriez raison de penser que cette situation est plutôt mauvaise. Mais peu importe la façon dont les choses sont mauvaises, il est toujours possible de les rendre encore pires. »

Son analyse rejoint totalement celle que j’énonce depuis des mois : les décisions « nationalistes » des autorités ukrainiennes actuelles mènent le pays au suicide collectif pur et simple. Je vous encourage d’ailleurs à aller lire son article en entier, car il est très instructif, entre autre sur les conséquences de ces décisions sur le réseau électrique ukrainien, et les risques pour la sécurité nucléaire que ces décisions font peser sur l’ensemble du continent européen.

Et si certains se demandent pourquoi cette idéologie est mortifère, Orlov l’explique par le fait que l’identité culturelle ukrainienne est en fait celle de la victimisation permanente. Si quelque chose va mal ce n’est pas de leur faute, c’est toujours de celle des autres. Malheureusement on ne peut avancer avec une mentalité pareille. Lorsqu’on est incapable de tirer les leçons de ses erreurs, on est condamné à les répéter sans fin jusqu’à la mort.

Powered by WPeMatico

Poutine propose à Washington une pilule rouge. Washington prend la bleue

Le président russe Vladimir Poutine a lancé à Washington cette semaine le défi de découvrir la vérité sur les allégations sensationnelles des médias américains selon lesquelles le président Trump aurait divulgué des informations secrètes à la Russie. Washington a rejeté l’offre du président russe.

Cela ressemblait à la scène emblématique du film de science-fiction Matrix, dans laquelle les protagonistes choisissent entre deux pilules – une rouge et une bleue. En prenant la première ils s’éveillent à la vérité, quelle que soit la douleur provoquée par ce réveil qui les extirpe des illusions du passé. Le fait de prendre la pilule bleue permet de continuer à vivre dans un état d’illusion, tout en restant esclave de la Matrice.

Les médias américains étaient en effervescence suite aux accusations portées contre le président Donald Trump, selon lesquelles il aurait divulgué des informations classifiées lors de sa réunion du 10 mai à la Maison Blanche avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Le président américain aurait soi-disant fait état de renseignements très importants sur Daesh en Syrie. Ce qui a été nié par la Maison Blanche et le Kremlin.

Le principal conseiller à la sécurité nationale de Trump, le général H. R. McMaster, a à plusieurs reprises démenti les informations des médias américains sur cette prétendue indiscrétion de Donald Trump devant ses invités russes, les qualifiant de «mensongères».

Le lendemain, la presse américaine annonçait une autre nouvelle explosive : Donald Trump aurait fait pression sur l’ancien chef du FBI, James Comey, pour qu’il suspende son enquête sur les liens présumés entre la Russie et le conseiller national à la Sécurité du président américain, Michael Flynn.

Powered by WPeMatico

Retour sur Téhéran : Washington et 55 pays musulmans officialisent une alliance antiterroriste sur une ligne anti-Iran

Les Etats-Unis et 55 pays majoritairement sunnites ont annoncé la création d’une alliance contre le terrorisme sous l’égide de Riyad et qui devrait réunir 34 000 soldats. L’Iran a dénoncé un accord qu’elle dit mû par des considérations financières. La visite très médiatisée de Donald Trump en Arabie saoudite n’aura pas seulement permis la signature d’un colossal contrat d’armement entre Washington et Riyad, mais également celle d’un pacte entre les Etats-Unis et 55 pays musulmans.
Sous le nom de « Déclaration de Riyad », le document signé par le président américain dans la capitale saoudienne le 21 mai prévoit en effet de « combattre le terrorisme sous toutes ses formes, s’attaquer à ses racines théoriques, assécher ses sources de financement et prendre toutes les mesures s’imposant afin de prévenir le crime terroriste par la coopération des Etats signataires ».

Powered by WPeMatico

Ce stress qui nous détruit

Commentaire: Une multitude d’études scientifiques démontrent les effets dévastateurs de ce que l’on appelle le stress : destruction du cerveau, affaiblissement du système immunitaire, altération des gènes et des fonctions cognitives, avec toutes les maladies qui en découlent. Pourtant, ici, le mal n’est pas une bactérie ou un virus que l’on peut observer au microscope, et c’est ce qui est tout fait étonnant : le stress est une réponse de l’organisme qui « dépend toujours de la perception qu’a l’individu des pressions qu’il ressent ». Autrement dit, l’interprétation et l’importance que nous choisissons de donner à des stimuli extérieurs déterminent leur bénignité ou leur nocivité. Pour peu que l’on reste dans le domaine circonscrit à la notion de « pression sociale ordinaire », bien entendu. On ne parle pas ici de guerre ou de torture. C’est alors une très bonne nouvelle puisque l’on peut donc choisir, en toute conscience, volontairement, d’adopter une attitude réflexive plutôt que réactive, ce qui permet de relativiser la nature et l’intensité d’un problème qui se pose à nous. Adopter un mode de pensée qui court-circuitera toute réactivité ordinaire, celle, malavisée et irréfléchie, dont nous faisons preuve quand survient une difficulté, une épreuve, un impondérable. En outre, il existe des pratiques très efficaces qui permettent de « recevoir  » différemment ce que nous considérons être des agressions extérieures : exercices de respiration, de relaxation, de méditation, pratique sportive, alimentation appropriée, sommeil de qualité.

On pourra aussi en déduire que si la pensée qui nous anime nous rend malade et peut nous faire mourir, à l’inverse, et sans aucun doute dans les mêmes proportions, il existe des pensées et des attitudes qui guérissent, qui soignent, qui améliorent.

Des scientifiques dévoilent comment le stress endommage le cerveau
Le stress se transmet de façon épigénétique de la mère aux enfants
Trop de stress : dégâts sur les gènes
Le stress pendant la grossesse lié à des traits autistiques chez l’enfant
La « respiration nasale alternée » pour soulager l’anxiété
Les bienfaits de la méditation validés par la science
La méditation peut aider contre l’anxiété, la dépression et la douleur
La méditation de pleine conscience aussi efficace que les anti-dépresseurs
Les effets et les bienfaits étonnants d’une bonne respiration
Crises d’anxiété ou de panique: thérapie centrée sur la respiration ou psychothérapie cognitive ?
L’art de la respiration bioénergétique

Le stress commence souvent dans la tête par une inquiétude ou une peur, mais ces sentiments d’anxiété, et peut-être même de panique, n’en restent pas là. Lorsque vous vous sentez stressé, votre corps augmente sa production de cortisol, d’adrénaline et de norépinephrine, les hormones du stress. Cela enclenche à son tour la réponse au stress et, tout comme une boule de neige qui dévale une montagne, elle gagne en puissance et en vitesse jusqu’à ce que vous soyez à point pour la fameuse attaque.

L’adrénaline, par exemple, augmente votre rythme cardiaque, votre cœur bat donc plus vite, et votre tension artérielle finit par augmenter. Le cortisol peut interférer avec le fonctionnement des parois internes de vos vaisseaux sanguins, provoquant la formation de plaques d’athérome dans vos artères, et augmentant votre risque de maladie cardiaque et d’AVC. Entre temps, votre cerveau communique avec vos intestins, les informant du fait que vous êtes stressé, et vos intestins réagissent à leur tour, modifiant le cours de leur activité normale afin que votre corps puisse rassembler ses forces pour lutter contre ce stresseur imminent (qu’il s’agisse ou non d’un véritable stresseur imminent).

Cette réponse au stress peut être assez bénéfique si vous avez besoin d’échapper à un prédateur, ou de réviser un examen à la dernière minute. Par contre, les choses se compliquent lorsque vous vous sentez stressé en permanence, ou presque. Bien qu’une réponse occasionnelle au stress soit normale et même saine, un stress constant ne l’est pas. Au contraire, c’est la recette pour déclencher des maladies, des infections aiguës aux maladies chroniques.

Powered by WPeMatico

Téhéran à Tel-Aviv, le contrat d’armements entre Washington et Riyad fait grincer des dents

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a dénoncé le 21 mai dans un tweet les « attaques » formulées contre son pays par le président américain Donald Trump à Riyad, suggérant que celles-ci n’étaient pas sans lien avec la conclusion d’accords commerciaux historiques entre l’Arabie saoudite et les Etats-Unis, portant notamment sur des équipements militaires.

« L’Iran, qui vient de tenir de vraies élections, est attaqué par le président des Etats-Unis depuis ce bastion de la démocratie et de la modération », a ironisé le chef de la diplomatie iranienne, en parlant de l’Arabie saoudite. « S’agit-il de politique étrangère ou de pomper 480 milliards de dollars [au royaume ?] », a-t-il interrogé.

Powered by WPeMatico