De déni sociétal face au réseau pédo-satanique

Commentaire: Si internet facilite grandement les activités criminelles des personnes impliquées dans les réseaux pédo-sataniques, il facilite à hauteur égale le travail de ceux qui œuvrent pour que soient révélés ces abominations. On en profitera donc pour répéter encore et encore que l’ignorance de la population est la meilleure des protections pour ces tueurs d’enfants dégénérés. S’ajoute à cela une barrière supplémentaire, psychologique, qui est celle du déni et qu’il convient de comprendre pour pouvoir mieux la surmonter. Car une fois qu’une information dérangeante arrive à notre conscience, des mécanisme de défense se mettent en place pour savoir, en quelque sorte, si nous allons faire avec, ou pas. Quelques facettes du déni, donc :

Éclairage sur la servitude volontaire : le déni comme prothèse mentale
Le Déni – Enfant en danger
Perturbateurs endocriniens, déni et pensée magique des industriels et des médecins
Abus rituels et contrôle mental : l’impensable réalité
Pédocriminalité : la réalité impensable des snuff-movies

Bien entendu, la question de la difficulté d’accès aux informations concernant ce sujet est à prendre en compte. Cependant, même en ayant des faits sous les yeux, beaucoup resteront dans le déni. C’est un mécanisme de protection visant à préserver leur paradigme.

Powered by WPeMatico

Similar posts