Des emballages alimentaires qui nous empoisonnent

Commentaire: Les pâtes, le riz et les légumes secs ne sont pas trop en odeur de sainteté, ici, sur Sott : inflammatoires, bourrés d’hydrates de carbone, affublés de nutriments peu assimilables et contaminés aux pesticides et aux OGM. Il fallait bien un emboitâge à la hauteur. Chose faite, découvrons-nous, avec des emballages saturés de produits chimiques qui imprègnent, au fil du temps, des aliments déjà particulièrement médiocres. Heureusement, et comme d’habitude, l’Anses va nous pondre une petite norme, une mesurette, un seuil. Qui nous diront que, magiquement, que nous n’avons plus rien à craindre de ces poisons que nous avalons quotidiennement, puisque les industriels sont pleins de bonne volonté, les scientifiques tout à fait honnêtes, les réglementations imprimées noir sur blanc, en bonne et due forme.

Encore une fois, on pourra prendre la mesure de l’incommensurable absurdité de notre situation, liée à une époque qui nous voit mourir, littéralement, de notre nourriture…

Arsenic, plomb, dioxines… Notre alimentation contaminée
Manger plus pour se nourrir moins ou la ruine de l’alimentation et de l’agriculture moderne
Alimentation : « Dans les rayons, c’est le règne de la désinformation »
Vivre plus longtemps et en meilleure santé ? Oui, grâce au jeûne et à une alimentation appropriée
Les vrais avantages d’une alimentation bio : échapper aux substances toxiques, être en meilleure santé, respecter la nature
La santé par l’alimentation anti-inflammatoire et hypotoxique

L’agence de sécurité sanitaire a mis en évidence les risques liés aux huiles minérales et incite les fabricants à adopter de nouveaux procédés.

Pâtes, riz ou lentilles sont des produits de consommation courante, a priori sains. Pourtant, selon la manière dont ils ont été conditionnés, ils pourraient s’avérer nocifs pour la santé. Dans un avis publié le 9 mai, l’Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a en effet révélé que les huiles minérales présentes dans les encres et adhésifs des conditionnements en papier et en carton se répandent dans les aliments qui se trouvent au contact de l’emballage.

Deux catégories d’huiles constituées d’hydrocarbures sont dans le collimateur des experts : les MOAH (« mineral oil aromatic hydrocarbons ») et les MOSH (« mineral oil saturated hydrocarbons »). « Compte tenu du caractère génotoxique et mutagène mis en évidence pour certains MOAH, l’Anses estime qu’il est nécessaire de réduire en priorité la contamination des denrées alimentaires par ces composés », écrit l’Agence dans un communiqué. Avant de mener des études complémentaires pour déterminer la composition exacte de ces huiles minérales, les auteurs du rapport appellent les fabricants à agir pour « limiter l’exposition du consommateur ». Comme première mesure, l’organisme public suggère « d’utiliser des encres, colles, additifs et auxiliaires technologiques exempts de MOAH dans le procédé de fabrication des emballages en papier et carton ».

Powered by WPeMatico

Similar posts